Opération « école déserte » contre la SNEM de Montreuil

Montreuil, 14 mars 2018

Aujourd’hui, à l’école Jules Ferry 1 de Montreuil, opération « école déserte » pour dénoncer les activités de la SNEM, usine de traitements chimiques pas hyper concernée par les normes et la sécurité des riverains, et située à 50 mètres d’une école. Devant l’usine, j’ai rencontré Yanis et Thomas*, deux parents d’élèves venus manifester.

« Aujourd’hui on fait une opération « école déserte », tous les parents sont invités à ne pas emmener leurs enfants à l’école. C’est la deuxième qu’on fait. A celle de novembre, il y avait eu plus de 80 % de participants.

– Et les profs, ils vous soutiennent ?

– Pas tous, mais la plupart, oui, ils mettent le papier de la mobilisation dans le carnet de correspondance des enfants, pour prévenir tout le monde. Ils travaillent juste à côté de l’usine, ils sont aussi concernés.

– Au début, en 2007, il y avait carrément des vapeurs âcres qui sortaient du toît. Mais la lutte n’était pas structurée, le rapport de force était démesuré. Du coup, il s’est rien passé à cette époque, et c’est hallucinant. Voynet ( ancienne Maire de Montreuil ) a commencé à essayer de faire quelque chose, au début, mais après 2011 plus rien !

– Comment ça, plus rien ? Comment ça se fait ?

On sait pas… Mais bon, c’est Airbus et Safran en face, on se doute qu’il y a eu des pressions… Ça s’est réveillé quand il y a eu un nouvel enfant qui a eu une leucémie. [1] C’est le troisième cas, et le deuxième enfant dans un rayon de 100 mètres quand même !

– Ouais, la corrélation est suspecte…

– Ouais corrélation, c’est clair ! On peut pas prouver la causalité de toute façon ! Mais on le sait tous. Moi, mon fils est asthmatique. Et à chaque fois, il revient de l’école avec des crises et tout. Bizarrement quand il fait d’autres activités il n’en a pas. Et bizarrement, depuis que l’activité a baissé dans l’entreprise, il en fait moins…

– Ah, parce que ça va mal, les affaires, pour eux ?

– Oui, ça va mal… L’usine va fermer tôt ou tard.

– Et les employés, ils vont devenir quoi ?

– Ça c’est un problème. Il y en a déjà un qui s’est fait virer ! 52 ans ! Il n’a toujours pas retrouvé de boulot. Quand on a organisé la première rencontre entre les riverains et les employés, c’était un peu tendu… On était scotchés, certains ne savaient même pas que le Chrome 6 était toxique. Ils travaillaient avec des masques en ouate ! Des masques pour la peinture, tu te rends compte ?! On essaye de les aider aussi. On en a aidé quelques-uns à se syndiquer, et maintenant ils sont accompagnés. Ils devraient attaquer l’entreprise pour mise en danger de leur vie ! Après, il y en a d’autres qui pensent qu’il n’y a aucun problème, qui vivent dans le déni, ou qui ne veulent pas parler avec nous… Mais on est les seuls à se préoccuper d’eux ! C’est pas à eux de trinquer…

– Et vous la voyez comment, la suite des événements ?

– Pour nous, dans l’immédiat, ce qui est important, c’est que le parent d’élève mis en examen soit relaxé. Le 6 mars, il y a eu le procès de deux parents d’élèves, qui avaient été mis en garde à vue en novembre dernier lossqu’on avait manifesté avant. L’un des deux a été relaxé : le flic avait prétendu qu’il l’avait agressé avec une cagette, mais sur la vidéo on voit très bien que c’est faux ! Il accuse le deuxième de l’avoir frappé à la jambe. Ca, on ne peut pas prouver que c’est faux. Et le procureur demande quatre mois avec sursis.

– Ca leur est pas venu à l’idée que si le flic avait menti pour la cagette, il mentait pour ça aussi ?

– On espère que le juge a compris que le policier ment, et que ça va le discréditer à ses yeux. Il faut qu’il soit relaxé. En plus, ça nous fait des frais de justice ! On en a eu pour 2 000 € de frais d’avocats, et 6 000 € pour porter plainte à nouveau contre la SNEM ! Tout ça parce que la police a abusé de sa force, et ment ensuite. Ils ont essayé de nous faire passer pour des violents, alors qu’une vidéo prouve le contraire, de dire qu’on les avait insultés, et tou ça, alors qu’il n’y a pas eu d’insultes. A un moment, y’a juste un « vous êtes vraiment trop cons » qui est sorti, parce qu’ils venaient de balancer des gaz lacrymo, alors que les gosses étaient en récré juste à côté…

– Ouais, enfin, en même temps pour le coup, ils méritaient… »

Un autre manifestant, membre du FCPE ( syndicat de parents d’élèves ), prend la parole devant tout le monde : « Apparemment, pour l’instant, il y aurait seulement 10 à 20 enfants dans l’école, sur 200 élèves au total… Donc l’opération « école déserte » est une réussite ! Le préfet sera vite au courant de ces chiffres… »

Bonne nouvelle ! Mais on va pas s’arrêter là, quand même !

 

* Les prénoms ont été modifiés à la demande des interviewés

[1] Un enfant souffre d’une leucémie, des parents demandent la fermeture d’une usine en Seine-Saint-Denis, Le Parisien, 2 juillet 2017

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s