On a lu et on a aimé : « Un député à… la ferme », de François Ruffin

Montreuil, le 28 juin 2018

Un des instigateurs de Nuit Debout, député de la France Insoumise, rédac’ chef d’un journal « faché avec tout le monde ou presque »… Vue le pédigrée de l’auteur, on s’attendait à trouver sous sa plume une ode à la bio et au démantèlement de la grande distribution et au pretectionisme… Et on a trouvé de ça ! Mais on a trouvé beaucoup plus… Retour sur un livre qui va au-delà des postures idéologiques et des guerres de clocher. 

Ce que l’on apprécie d’abord, avec le style Ruffin, c’est qu’on devient quasi-instantanément spectateur direct de la scène : Ici, pas d’analyse pompeuse, de débriefing des paroles d’untel ou d’untel, ou de débriefing du défriefing, farcis de langage technocratique pour faire intelligent, et qui nous dit ce que l’on doit comprendre… Non, le parti-pris de l’auteur, c’est de donner la parole aux gens ! Et on trouve, tout au long du livre, de nombreux extraits de dialogues, on se retrouve face à l’agriculteur, au fermier, aux premières loges, comme si on y était… Alors, bien sûr, on se doute bien que les passages ont été selectionnés, mais quand même, ça fait un bien fou !

On a ensuite été surpris de la variété des profils des gens qui s’expriment dans ce livre. En effet, il aurait été facile d’aller uniquement à la rencontre de permaculteurs, pour conclure : « Vous voyez, ça marche ! ». Non, ici on passe du néorural reconverti à l’agriculture au cadre de la FNSEA, de l’ancien agriculteur bio qui s’est planté au gros éleveur de porcs bretons, de l’universitaire à la directrice d’association, du futur retraité au jeune qui s’installe… On va même jusqu’à plonger dans les couloirs de l’Assemblée Nationale, on se retrouve catapultés au milieu des commissions parlementaires…

Bref, on se balade à travers la France et ses campagnes, à la rencontre de ses habitants… On hoche frénétiquement la tête lorsqu’un-tel incrimine Mulliez et le verrou de la grande distribution, on s’indigne lorsqu’on apprend qu’un éleveur vend son bétail au même prix qu’il y a trente ans, on s’énerve quand on lit un mec dire qu’il faut s’agrandir, toujours s’agrandir, pour rester compétitif sur le marché mondial… Et puis après on comprend… Alors bien sûr, c’est pas un témoignage qui va nous faire changer d’avis sur notre façon de voir les choses, mais ça permet d’écarter un peu les oeillères idéologiques…

De se dire qu’un mec qui gère son exploitation dans le style « tout mécanique », c’est pas juste un mec qui ne comprend plus rien à la nature et qui appuie sur des boutons. C’est aussi quelqu’un qui maîtrise une technologie de pointe, et qui veille consciencieusement à se que tout se déroule bien pour répondre aux exigences de ses acheteurs.

De se dire qu’un éleveur qui fait du poulet hors-sol, c’est pas juste un tortionnaire sans âme, mais aussi une personne qui a réussi à sortir de la pauvreté comme ça, et qui se retrouve enfermé dans une spirale de recherche de la rentabilité sans fin…

Que le syndiqué à la FNSEA, c’est pas forcément un serviteur du capital et des usines phytopharmaceutiques… Mais qu’il existe une multitude de personnes à la FNSEA (212 000 pour être précis), qu’il y a des conflits internes, des branches dominantes qui dictent la loi, d’autres qui la subissent, que certains n’ont pas vraiment le choix d’adhérer à ce syndicat pour continuer à exercer… Bref, on réalise que de dire d’emblée « le mec syndiqué à la FNSEA c’est un capitaliste qui veut du poignon », c’est un peu comme dire « le Français c’est un macroniste qui veut le néolibéralisme »…

Bref, de sortir de toutes les caricatures qui montent, et qui s’imposent petit à petit dans le débat, dans une société où l’on a de plus en plus peur de ce que l’on mange, et où l’agriculteur devient souvent le premier suspect.

Et c’est là que Ruffin a réussi son pari : Parler, avec nuance, compréhension et honnêteté, d’un milieu que la « gauchosphère » connait mal, dont on parle souvent de manière manichéenne, à grands coups de clichés et d’à priori… Et on l’en remercie !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s