La même colère et la même détermination, les mots et le mépris de Macron ont glissé sur eux

Montreuil, le 10 décembre 2018

Ce soir, juste après la tant attendue allocution de Macron 1er, on est allé s’entretenir avec quelques gilets jaunes, pour voir les réactions. On a assisté à un dialogue entre Karim, Thomas, et Marianne. Bilan : Toujours autant de colère, et toujours autant de détermination, les mots et le mépris du président ont glissé sur eux.

Karim : « Franchement, il est fort ce mec là. Quand il a parlé, limite on croyait qu’il était sincère. Mais au final, pour la classe moyenne, à part défiscaliser les heures supplémentaires y’a pas grand chose pour nous.

Le référendum d’initiative populaire, c’est super important, pour qu’on puisse donner un avis sur des trucs qui sont de notre quotidien mais qu’eux décident. Parce que le type qu’on voit à la télé, lui, il fait pas ses courses, il se gare pas dans la rue, il prend pas d’amendes, rien du tout ! Et il arrive à décider ?!

J’ai failli ne rien acheter à mes gosses pour Noël cette année, pourtant je gagne presque 2 000€ par mois. Comment tu veux leur expliquer aux petits ? J’ai deux enfants, et j’en arrive à payer 2 000 € d’impôts ! Et quand j’arrivais pas à les payer, ils m’ont pris 800 € par mois ces bâtards ! Au final j’avais plus rien sur mon compte. Ils en ont vraiment rien à foutre de nous… »

Thomas : « C’est inadmissible. Et encore, c’est « que » les cadeaux de Noël. Y’en a qui arrivent même plus à assurer les besoins primaires de leurs familles. »

K : « Oui mais tu vois, les cadeaux de Noël c’est super important parce que les enfants en parle entre eux. A l’école ils parlent tous de ce qu’ils ont eu et pas eu, tu peux pas dire à tes gosses : « Voilà, les autres ils ont des sous et des cadeaux, et toi, t’en as pas ». C’est pas possible ! »

T : « C’est clair, frérot, je comprends… »

K : « Un autre exemple : Ma mère est handicapée. Elle ne peut pas travailler à temps complet. Elle touche 700 € par mois, le loyer est de 400 ! Comment tu veux t’en sortir ? Comment même tu veux trouver les mots pour pouvoir calmer tes proches quand ils sont en galère ?! »

T : « Je sais frérot. C’est pour toutes les injustices de la sorte que je bouge. »

K : « C’est juste un truc de ouf ! Y’a pas de solidarité, si un jour toi ou moi on tombe, on est mort ! Pas de droit à l’erreur, sinon c’est la rue ! 

Une année, j’ai dû faire un crédit parce que j’étais le seul à taffer à la maison. Et avec un bac +2, c’était 1 300 € net en sortant de l’école. Autant te dire que c’était la merde… 1 300 € net mec ! Je suis obligé de retourner en cours  cette année. Pour passer mon Bac + 5 ! Vive la République ! »

Marianne : « C’est le cas de beaucoup de gens, nous ne vivons plus. Pour la plupart, on parle de survie. Ils ont oublié la décence que chacun mérite. A partir de là, la révolte est inévitable… »

K : « Ouais !
Bref, désolé pour toutes ces plaintes, mais c’est trop, et pas que pour moi !
Avant, j’avais honte de dire que j’étais à découvert en début de mois, je me disais que je problème venait de moi et que je gérais mal mon argent, mais en fait non. Tout le monde est dans la merde. Tout le monde ! 

Dans les cités on nous dit : « Si vous voulez vous en sortir, bossez à l’école etc etc. Une fois que tu travailles à l’école, que t’arrives à avoir le Bac +2, tu te confronte à la réalité de la société où c’est vraiment n’importe quoi, où les gens avec un Bac +2 ou même un Bac +3 arrivent seulement à 1 200 ou 1 300 € net par mois ! A la sortie de l’école ils m’ont même proposé 1 100 € ! C’est n’importe quoi ! »

M : « T’as raison d’en parler, ça nous donnera encore plus de motivation pour samedi ! »

T : « Ouais exactement ! On nous laisse pas vivre pendant que là-haut ça s’éclate… Mais bon en ce moment j’ai encore plus la haine contre ceux qui ne participent pas au mouvement que contre ceux qui nous entubent. Si les gens se bougeaient plus le cul ça serait plié depuis longtemps.

Pendant ce temps là, on est le pays avec le plus de sénateurs au monde. Les mecs tournent à 7 000 € pour parapher des documents ! »

K : « Non mais il peut y avoir 40 000 sénateurs, moi je m’en fous. Le problème c’est qu’ils sont déconnectés de la réalité de la vie, les mecs. Ils prennent pas les transports, ils savent pas ce que c’est que de faire des courses, ils savent pas ce que c’est même de marcher dans la rue, les mecs ils sont tout le temps en voiture avec chauffeur. Ils sont complètement déconnectés. Pour moi, ils vivent pas dans le même monde que nous, en fait… »

T : « Oui, le fond n’a pas changé depuis le XVIIIe siècle, juste la forme. »

M : « Tu peux remonter à l’Antiquité si tu veux mon avis : Les impôts pour contrôler les populations, des jeux pour distraire, et de l’esclavage… »

T : « Samedi on se fera entendre, où que ça mène. On aura fait notre part du job ! Et je suis content de le faire à vos côtés. »

M : « De même ! C’est un mouvement spontané, incontrôlable mais surtout qui restera gravé dans les mémoires. L’Histoire s’écrit comme ça ! »

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s