Le mythe de l’étudiant étranger calculateur qui coûte cher au contribuable, par Edouard Philippe

Le 19 novembre dernier, le premier ministre nous présentait sa nouvelle stratégie d’attractivité pour les étudiants étrangers, appelée « Bienvenue en France »… Pourtant, parfois, le ton n’était pas celui de l’invitation cordiale à venir dans notre beau pays, mais plutôt celui de la méfiance envers un étranger profiteur et calculateur. Explication en deux tweets… 

edouard philippe 1

Edouard Philippe annonce sa stratégie sans sourciller : « opérer une forme de révolution pour que notre attractivité ne soit plus tant fondée sur la quasi-gratuité que sur un vrai désir, celui de l’excellence ». Paf ! Eh oui, parce que, comme le réfugié qui compare les systèmes de protection sociale des pays européens avant de monter sur son petit bateau gonflable, l’étudiant étranger est obsédé par le coût de l’Université en France… Vraiment ?

Eh non, si on en croit la page 9 de la propre revue de presse du projet qu’il défend. Car en le feuilletant, on apprend que « les étudiants internationaux choisissent la France pour la qualité de la formation (46%), la connaissance de la langue française (41%), la réputation des établissements ou des enseignants (34%), la valeur de diplômes (32%). Mais c’est surtout la culture qui est un des points forts de la France (78%) ».[1]

Ah merde ! Loupé ! Les étudiants étrangers ne sont pas des vilains calculateurs intéressés par notre université à bas prix… Qu’à cela ne tienne, Edouard dégaine son deuxième argument xénophobe :

edouard philippe 2

« Un étudiant étranger fortuné qui vient en France paye le même montant qu’un étudiant français peu fortuné dont les parents résident, travaillent et payent des impôts en France depuis des années. C’est injuste. »

Mais ouais, c’est injuste, c’est même dégueulasse ! Encore ces étrangers qui viennent vivre aux crochets des français, qui, EUX, payent des impôts. Un gros trou dans le budget ça !

Eh, non, encore raté ! Parce que le journal la Croix nous apprend, en 2014, que « l’accueil d’étudiants étrangers [est], une source de revenus pour la France »[2]. Campus France, émetteur de l’enquête présentée, nous annonce que les étudiants étrangers consomment en France (!!!), et payent donc un impôt, la TVA (3,25 milliards) ! En ajoutant « les frais d’inscription et de scolarité (563 millions), les dépenses de transport aérien auprès d’opérateurs français (364 millions) et les dépenses des proches qui rendent visite aux étudiants (466 millions) », on arrive à un pactole de 4,65 milliards d’€ par an claqués par les étudiants étrangers. Eux qui ne coûtent que 3 milliards. Soit un joli bénéfice net de 1,65 milliards d’€. Sans compter que « entre 65 % et 85 % des personnes ayant effectué un séjour d’études en France deviennent ensuite des consommateurs et prescripteurs de produits français, d’études dans l’Hexagone, de relations avec les entreprises françaises et de tourisme dans notre pays. » Bon, bah encore manqué, Doudou…

On se demande bien quelle mouche a piqué notre Premier Ministre, et son service de comm’, pour retweeter des bêtises pareils. Mal-aimé par sa gauche, mal-aimé par sa droite, Edouard tenterait-il un léger flirt avec sa camarade du fond de la classe, la discrète Marine ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s