Syndicat de police, story-telling et propagande (2)

La scène d’agression des trois policiers sur les Champs Elysées, le samedi 22 décembre, a fait couler beaucoup d’encre. Dès la diffusion des images, une guerre s’enclenche entre médias de masse et réseaux sociaux (on vous en parlait ici). Alors que le Parisien nous annonçait le 31 décembre la mise en examen d’un premier auteur potentiel de violences [1], la bataille des images fait toujours rage.

Car voilà que le 24 décembre, deux joours après les faits, Linda Kebbab, syndicaliste Unité SGP Police FO (2e syndicat de police de France), et régulièrement présente sur les plateaux télé depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, nous annonce l’arrivée d’une nouvelle vidéo, expliquant pourquoi les policiers ont lancé des grenades dans la foule.

Sans titre

Deux jours, le temps nécessaire pour que les émotions se calment, que la raison resurgisse. On attend donc avec impatience cette nouvelle source qui va enfin nous expliquer de manière objective ce qui s’est passé.

Sur la vidéo, on  voit une horde de Gilets Jaunes caillasser et courir après un camion de CRS qui prend la fuite le long des Champs Elysées. Les quatre policiers lancent donc des grenades dans la foule pour empêcher la poursuite et protéger leurs collègues… Bon, en effet, ça peut se justifier.

Mais là, surprise ! A la visualisation des images, on s’aperçoit d’une coupure dans la vidéo à 1’13 », entre la scène de la fuite du camion et la scène des quatre policiers… Tiens, tiens…

Eh oui, car, en fait, ces scènes ne se suivent pas !

Selon Stéphanie Roy, journaliste indépendante ayant pris les images utilisées par le syndicat de police, il s’est passé environ « deux minutes » entre les deux scènes.
La reporter expliquera à l’AFP qu’elle a tout simplement « coupé sa caméra« , pensant que « la séquence était terminée« . [2]

Contactée par le média Arrêt sur Image, à propos de ce petit problème de raccord, Linda Kebbab n’a pas souhaité donner suite à la demande d’interview… « Vous vouliez la vérité ? Vous l’aurez ! » nous promettait-elle dans son tweet… Bon, bah on va attendre encore un peu…

A son tour, le syndicat de police préfère se vautrer dans le story-telling plutôt que dans l’énonciation de faits… S’en étonnera qui veut. 

Un commentaire sur “Syndicat de police, story-telling et propagande (2)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s